Le marché des matériaux de construction garde espoir pour 2016

Malgré des chiffres d’activité et de production encore en recul en septembre, le secteur des matériaux de construction (granulats et béton prêt à l’emploi en tête) entrevoit des signes d’espoir pour le début de l’année prochaine.

 

« Le pire est sans doute derrière nous ». L’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) laisse échapper un semblant d’optimisme dans sa dernière lettre mensuelle de conjoncture. En septembre, l’activité restait en recul « mais, entre le deuxième et le troisième trimestre, elle a quasiment cessé de se replier s’agissant des granulats et du béton prêt à l’emploi (BPE) », écrit le syndicat professionnel.

Pour septembre, le recul de l’activité atteint 0,9 % par rapport à août et 3,9 % par rapport à septembre 2014 pour les granulats. La production est, elle, en baisse de 6,8 % sur les mois de juillet-août-septembre par rapport à la même période l’an dernier. Au total, en cumul sur neuf mois, l’activité des granulats s’inscrit en baisse de 10,3 % par rapport à 2014. Côté BPE, les livraisons ont fléchi de 1,7 % entre août et septembre et de 4,3 % par rapport à septembre 2014. Cumulée sur neuf mois, la production de BPE affiche une contraction de 7,7 % sur un an. Selon l’Unicem, le rebond des permis de construire et des mises en chantier entre juin et août « apportent une lueur d’espoir dans un contexte entre très sombre du marché de la construction ». Toutefois, pour le syndicat, les premiers effets de ces reprises ne sont pas attendus avant début 2016 pour le marché des matériaux de construction.

 

Côté travaux publics, « les signes d’éclaircie se font attendre ». La tendance des appels d’offres pourrait augurer d’une fin d’année 2015 « moins mal orientée ». Pour autant, « des lourdeurs conjoncturelles continueront de peser sur le secteur des travaux publics au cours des prochains mois », analyse le syndicat. « Les facteurs positifs comme la mise en place du plan de relance autoroutier dès la fin 2015 ou encore la confirmation dans le PLF 2016 des mesures de soutien pour l’investissement public local auront du mal à compenser l’impact délétère de la baisse des ressources fiscales et budgétaires des collectivités locales sur leurs dépenses en infrastructures ; une situation qui devrait continuer de peser sur l’activité du secteur des granulats dont près de 80 % de la production sont destinés aux ouvrages de génie civil et de VRD (voirie et réseaux divers) », résume la lettre.

source: Le Moniteur

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *